Pour qui ? – Témoignages

« Il y a une attente urgente de nos contemporains de trouver un sens à la vie. Ils doivent rencontrer des chrétiens libres, debout, heureux, capables de témoigner et de mettre leurs compétences au service de « la joie de l’Evangile ! » Pape François

A qui s’adresse le Centre pour l’intelligence de la Foi ?

A toute personne d’âge, de statut et d’horizon variés qui se pose des questions sur le sens de la vie, du bonheur, de la relation à l’autre, de la mort, du mal, de la souffrance, sur la pluralité des religions. Aux chrétiens qui veulent approfondir leur foi pour mieux la communiquer et participer à la vie de l’Eglise.

La répétition du cours en soirée convient à  un public composé d’hommes et de femmes en activité ou à la retraite.

• «  Mes collègues, mes amis non croyants me posent des questions : Où est-il ton Dieu ? Pourquoi tout ce mal, cette violence ? Je suis démunie face à cette affirmation souvent péremptoire : toutes les religions se valent. » Valérie, 34 ans

• «  Je travaille, j’ai peu de temps mais j’ai envie de comprendre, de partager avec d’autres sur le sens de la vie, de la mort, sur Dieu. »  Laurent, 42 ans

• « Je crois, je suis pratiquante mais certaines positions de l’Eglise me mettent mal à l’aise alors ? »  Sylvie, 55 ans

• «  J’ai des enfants, des ados, comment leur parler de ma foi ? » Patrick, 48 ans

• «  Je suis effondrée de ce qu’on apprend encore à mes petits-enfants. Comment trouver les mots pour leur parler de Jésus intelligemment ?» Patricia, 65 ans

• «  Je suis agnostique mais j’aimerais comprendre la cohérence de la foi chrétienne, est-ce que cela vaut le coup ? »  Sarah, 60 ans

• «  Je viens d’être baptisé et j’ai envie d’aller plus loin. » Pierre, 42 ans

• « Je suis accompagnateur de catéchumène et souhaite me former pour accomplir la mission qui m’est confiée. » Guillaume, 58 ans

Transmettre sa foi

Le désir de transmettre sa foi et d’approfondir ses connaissances représentent les autres raisons de suivre la formation du CIF.

Une foi plus adulte et plus enracinée, un regard plus tolérant et ouvert sur le monde et sur la famille :
« Cela m’a permis d’élever mon regard, de trouver davantage de liberté par rapport à l’Eglise, et par rapport à la société.»

Une vision différente de la vie au quotidien :  «Le CIF m’a aidé à réfléchir dans la vie professionnelle. Il m’a permis un regard plus ouvert et plus libre. »
«Plus d’audace pour échanger en famille.»
«Cette liberté que je découvre et qui m’a permis de mieux accepter les orientations différentes de mes enfants ».

L’estime et le respect de la foi des autres

GetAttachment (18)Une donnée fondamentale du CIF. Les participants ont des parcours très divers, leurs positions face à la foi chrétienne sont souvent très contrastées : du doute à la conviction, de la quête de repères à la remise en question des certitudes… Mais les étudiants, dans leurs différences, font confiance à la tradition de foi qui leur est proposée et jamais imposée par les enseignants, parce qu’ils se savent eux-mêmes  respectés dans leur recherche et dans leur façon personnelle d’investir et de vivre la foi :   » Le Centre pour l’Intelligence de la Foi est une école d’écoute, de décentrement et de tolérance.« 

Prendre de nouveaux engagements

Il y a une vie après le Centre pour l’Intelligence de la Foi, et elle est parfois bien remplie, 

engagements nouveaux dans l’Eglise,
• engagements dans la société,
poursuite de leur formation,
approfondissement de leur foi dans  des groupes variés.

Etre toujours en recherche

Ce qui a plu au CIF : «  les  intervenants semblaient toujours en recherche, ils n’assénaient pas des vérités, mais poussaient chacun à réfléchir. »

Découverte que les groupes d’échange sont des lieux d’Eglise « vivants » : « A mes yeux,  le groupe représente la moitié du bénéfice du cycle de formation. Des liens d’amitié profonds se nouent, une autre façon d’être en Eglise, une autre façon d’être en famille… »
« Cela m’a permis de trouver davantage de liberté par rapport à l’Eglise, et par rapport à la société. »

La formation « en continu » sur 2 ans  est ressentie comme indispensable : « La formation elle-même m’a permis de mettre des mots sur mes interrogations qui restaient confuses, a suscité de nouvelles questions, m’a invité à me laisser transformer, et à trouver de nouveaux engagements. »
« Ces deux ans ont fait grandir ma foi, qui est devenue plus adulte et plus enracinée, et m’a donné un regard plus tolérant et ouvert sur le monde et sur la famille. »

 Vivre une relation personnelle avec le Christ, recentrer sa foi sur le Christ« parce que la foi est moins une affaire de croyance que de rencontre.»

Les commentaires sont fermés.